SIDÉLEC RÉUNION : UN COMPTE ADMINISTRATIF 2013 DE 12 711 750 € ET UN BUDGET PRIMITIF 2014 DE 14 433 465 €

Le dernier conseil syndical de la mandature actuelle a eu lieu ce jeudi 6 février 2014 dans les locaux du Sidélec Réunion à Sainte-Suzanne. La séance a débuté par une minute de silence en hommage à l’ancien président du Sidélec Réunion Bruno Taïlamé, décédé ce 24 janvier 2014.

Un compte administratif 2013 adopté pour  12 711 750 €

Le compte administratif du Sidélec Réunion enregistre un excédent de 1 475 771.26 euros en section d’investissement et un excédent de 943 223.92 euros en section de fonctionnement dont 200 000 euros seront affectés au FSL 2014 (Fond social logement).

Des résultats conformes à ceux du compte de gestion du receveur municipal de Saint-Denis. « La structure maintient son activité de maître d’ouvrage » se félicite le président Daniel Alamélou. Le syndicat maintient ainsi son statut de collectivité d’investissement par excellence avec 90% des dépenses en investissement.

Le budget primitif 2014 approuvé à hauteur de 14 433 465 €

Le budget primitif 2014 qui décline le plan d’action pour les 22 communes ayant transmis leur maîtrise d’ouvrage, s’équilibre en recettes et dépenses à hauteur de 14 433 465 euros, soit 1 965 000 euros en fonctionnement et 12 468 465 en investissement.

Obtenir une enveloppe FACE pour les dégâts de Béjisa

En outre, le président du Sidélec Réunion Daniel Alamélou indique vouloir travailler avec le concessionnaire EDF afin d’établir le dossier technique qui fait état des dégâts engendrés par le cyclone Béjisa. Il s’agit de bénéficier d’une enveloppe intempérie du CAS FACE pour réparer les parties du réseau endommagées.

Rallier le Tampon et Saint-Louis

Autre point, les membres du Conseil ont indiqué leur souhait de mobiliser les deux communes qui n’ont pas encore transféré leur maîtrise d’ouvrage au syndicat intercommunal, afin « d’arriver très rapidement à une continuité des subventions » accordées sur le plan national. « Nous allons sensibiliser les nouveaux exécutifs des communes respectives -Saint-Louis et le tampon- sur la situation » après les élections municipales indique Daniel Alamélou.

A noter que le Conseil s’est félicité de ses bonnes relations avec la direction du CAS FACE qui s’est déplacé en la personne de Dominique Jane en septembre 2013 afin de constater « la bonne utilisation des fonds », ce qui a favorisé une augmentation de la dotation FACE de 7%

LE SIDÉLEC RÉUNION VISE L’AUTONOMIE ÉLECTRIQUE EN 2030 !

Le Comité stratégique de pilotage Energie, composé de la Région Réunion en tant que chef de file à travers la SPL Energie, du Sidélec Réunion, d’EDF, de l’Ademe, du Département, et de l’Etat compose la nouvelle gouvernance Energie de l’île et s’est présenté ce mardi 21 janvier 2014 face à la presse dans les locaux du Conseil Régional.

Cette Nouvelle Gouvernance, dite collaborative est composée d’un Comité stratégique de pilotage cité ci-dessus, de sept comités de travail et de la SPL Energie en tant que coordinateur technique.

Une feuille de route jusqu’en 2030

Cette étape qui donne la feuille de route pour les 15 années à venir montre une volonté commune d’atteindre l’autonomie électrique à l’horizon 2030, en suivant un schéma de référence, le SRCAE (Schéma régional climat air énergie), soit un document comportant des propositions en termes d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation au changement climatique. Le monde économique, présente autour de la table, se dit fier de constater la volonté d’une « vision globale au service de La Réunion » déclare Jérôme Isautier, président de l’Adir (Association pour le développement industriel de La Réunion).

photosdensemble

Face à la consommation électrique qui a été multiplié par 16 en 40 ans, il est essentiel de prendre en compte « la valorisation énergétique » indique Jean-Luc Marx, préfet de La Réunion, et rappelle que le département « a une visibilité nationale et internationale ».

La Réunion, « une vitrine écologique »

Pour la Région, l’île est « une vitrine écologique ». En effet, avec des projets tels que la pérennisation en cours de la fourniture d’électricité dans le cœur habité de Mafate avec un équipement uniquement en panneaux photovoltaïques, La Réunion se positionne comme l’exemple à suivre en matière d’énergies renouvelables. 316 habitations, commerces, gîtes et équipements publics ont été recensés et diagnostiqués pour un montant annuel de travaux d’équipement photovoltaïques de 15 millions d’euros.

alamelou-j.isautier

L’éclairage public vers une économie d’échelle ?

L’éclairage public ne représente pas moins de « 40% de la facture d’électricité des communes » insiste le président du Sidélec Réunion, qui propose une « mutualisation des moyens » à travers la prise en charge de la compétence éclairage public. Depuis 2011, le Sidélec Réunion investit « systématiquement dans des transformateurs à haut rendement lors de nos opérations de renforcement du réseau électrique » précise Daniel Alamélou. Face aux efforts que doivent fournir les collectivités en matière d’éclairage public, le Sidélec va demander cette année à la SPL Energie Réunion, une étude préalable au transfert de cette compétence des communes vers le syndicat. Dans un premier temps, « nous pouvons aisément travailler sur l’investissement dans ce domaine, le Sidélec agissant comme un groupement de commande permettant des économies d’échelle conséquentes pour du matériel efficace ».

LE SIDÉLEC RÉUNION SOUHAITE LA VENUE DU DIRECTEUR D’EDF SEI, SUITE À DEUX ÉVÉNEMENTS MAJEURS

Le Sidélec Réunion se satisfait de l’avancée de la réalimentation des abonnés d’EDF depuis le cyclone Bejisa, qui, rappelons-le a été précédé quelques jours plus tôt d’un black-out, une première à La Réunion, où là aussi, les agents d’EDF et les entreprises locales de réseau électrique de l’île ont travaillé d’arrache-pied pour rétablir la situation.

En l’espace de cinq jours, deux événements majeurs ont montré l’efficacité des intervenants du secteur de l’électricité. La situation s’améliore vite et EDF nous indique qu’un retour à la normale est prévu pour ce jeudi 10 janvier 2014.

Nous avions indiqué dans notre communiqué précédent à la suite du black-out du dimanche 29 décembre 2013, que le réseau doit être modernisé, que les zones de pompages des communes doivent également être sécurisées, et que l’enfouissement du réseau doit être réalisé lorsque c’est possible.

En effet, à la suite du cyclone Béjisa, plusieurs problèmes ont été observés sur les zones de pompages, ce qui a paralysé certains secteurs des communes en eau. Le réseau basse-tension non enfoui a subi de plein fouet les intempéries, également à cause d’un manque d’élagage.

Le Sidélec Réunion souhaite la venue du directeur d’EDF SEI dans le département afin de faire le point avec ses équipes et les élus sur la situation exceptionnelle que nous connaissons, dans le but d’améliorer le réseau du service public d’électricité sur le moyen et le long terme.

Le Sidélec Réunion remercie les agents d’EDF, les entreprises locales et les communes pour leur disponibilité dans ces moments de crise.

ELECTION DU NOUVEAU BUREAU DU SIDÉLEC RÉUNION

Ce mardi 29 avril 2014, l’élection des vice-présidents et des membres du bureau illustre un rassemblement des élus de toutes sensibilités politiques au sein du Sidélec Réunion :

Premier vice-président : Stéfano Dijoux : délégué de Saint-Pierre
Deuxième vice-président : Didier Euphrasie, délégué de Saint-Denis
Troisième vice-président : J. Dominique Atchicanon, délégué de Saint-Benoît
Quatrième vice-président : Benoit Alcinoüs, délégué de Saint-Paul
Cinquième vice-président : Mickaël Boyer, délégué de Saint-André
Sixième vice-président : Jeannick Payet, délégué de Cilaos
Septième vice-président : Harry Morel, délégué de Saint-Joseph

Les membres du bureau :

Bruno Domen, Saint-Leu
Alex Bénard, les Avirons
Olivier Fontaine, Saint-Philippe
M’Voulama André, Sainte-Marie
Clarel Calpétard, Etang-Salé

Cela traduit clairement la volonté de tous les élus du Sidélec Réunion de travailler ensemble pour l’amélioration des conditions de vie des Réunionnais.

Cette mandature sera marquée par trois axes principaux :

Les travaux d’électrification rurale et le contrôle de la concession faites à EDF pour le service public de distribution d’électricité.

Pour le président du syndicat intercommunal, Maurice Gironcel, « l’heure est au travail consensuel ». Il s’agit aujourd’hui, avec l’aide des 13 membres du bureau de « répondre à la problématique de la Réunion et que chaque commune soit représentée avec la prise en compte de leur situation géographique », notamment pour « les petites communes du Sud » qui se sentent parfois lésées.

La lutte contre la précarité énergétique afin d’aider les plus fragiles d’entre nous face à cette période de crise.

Maurice Gironcel déplore le grand nombre de foyer qui vivent sous le seuil de pauvreté dans l’île et rappelle que la mission est d’accompagner EDF avec le TPN (Tarif de première nécessité) et le FSL (Fond social européen) face à l’obligation avant septembre 2014, de communiquer le nom des abonnés qui sont concernés par le TPN afin de lutter efficacement contre la précarité énergétique.

Le président du Sidélec Réunion rappelle que la consommation en électricité « est un point extrêmement important », à plus forte raison quand on sait que la population réunionnaise est en passe d’atteindre le million d’habitants et que la consommation électrique croit de 3 à 4% par an, contrairement en France métropolitaine.

Un effort particulier dans le domaine du développement durable, afin de pérenniser la fourniture d’électricité à Mafate.

La pérennisation de la fourniture d’électricité dans le cœur habité de Mafate est le projet phare du Sidélec Réunion. Mafate est alimenté uniquement en panneau photovoltaïque mais ce parc devenant vétuste, le syndicat intercommunal est désormais le maître d’ouvrage pour le renouvellement des panneaux solaires. Ce projet est « un exemple sur le plan national » assure Maurice Gironcel.

Il espère poursuivre les efforts du syndicat intercommunal à apporter sa contribution dans la problématique du développement durable sur l’ensemble du département. « Nous souhaitons un travail dans l’intérêt de toutes les communes et un maximum de délégations seront données aux vice-présidents et aux membres du bureau pour plus d’efficacité ».

Le président se dit par ailleurs conscient des enjeux de la MDE (maîtrise de la demande en électricité) ainsi que de la place de l’énergie électrique dans le développement économique et dans l’urbanisation du territoire. Le Sidélec Réunion est un outil de développement économique, qui doit être générateur d’emplois.
Le nouveau bureau espère exploiter d’autres possibilités en matière de développement durable. Ainsi, la mission de certains vice-présidents sera bientôt consacrée à la création de nouveaux métiers de développement durable en lien avec l’énergie électrique.

Enfin, le Sidélec Réunion espère obtenir le transfert de la maîtrise d’ouvrage de l’électrification rurale des deux communes manquantes, qui sont le Tampon et Saint-Louis, afin que le syndicat soit unanime.

MAURICE GIRONCEL, ÉLU PRÉSIDENT DU SIDÉLEC RÉUNION

Maurice Gironcel a été élu président du Sidélec Réunion (Syndicat intercommunal d’électricité de La Réunion) ce mardi 22 avril 2014 à Sainte-Suzanne, avec 128 voix sur 151, contre 21 pour le président sortant Daniel Alamélou et 2 voies pour Victor Mnémonide.

Pour le nouveau président de la collectivité intercommunale qui regroupe les 24 communes de l’île, « les maîtres mots seront l’écoute, la prise en compte des projets prioritaires et la mise en œuvre du programme ».

Maurice Gironcel rappelle que le Sidélec Réunion est un acteur essentiel de l’énergie à La Réunion, qui participe aux objectifs de développement durable de l’île, qui sont d’atteindre les 50% d’énergies renouvelables en 2020 et l’autonomie électrique à l’horizon 2030, « des enjeux majeurs » insiste le nouveau président de la collectivité.

«Un vrai projet régional »

« La mutualisation des compétences en matière d’énergie électrique » permettra selon le nouveau président du Sidélec Réunion, la mise en place « d’un vrai projet régional ».

L’élection des membres du bureau et des vice-présidents est fixée à une date ultérieure.